Qui sommes-nous ?

VigiMédias est un collectif agissant depuis 2015 en faveur de la diversité des opinions et du respect de la liberté d’expression au sein des médias dominants français. A l’égal de la majorité de nos concitoyens, nous constatons que les grands médias, privés comme publics, ne satisfont pas à leur devoir d’informer les Français en toute objectivité et avec la nécessaire prise de distance face à l’actualité.
Bien au contraire, nous nous inquiétons de constater que certains courants d’opinions ainsi que leurs messagers soient littéralement censurés tandis que les idéologues favorables au mondialisme, l’abolition de la souveraineté nationale sur l’autel de l’Union européenne, le capitalisme de connivence, la déprédation de nos libertés civiles et politiques ou encore les guerres de l’OTAN, se voient constamment dérouler le tapis rouge sur les grandes ondes autant que dans la presse écrite (subventionnée par nos impôts).
Ce déséquilibre flagrant porte un nom : LA PROPAGANDE.
Il va de soi qu’il n’est plus permis pour nos concitoyens de « voter en conscience » si une partie substantielle des informations et analyses qui en découlent, leur sont cachées à dessein par des journalistes se conduisant en véritables militants politiques. Nous dénonçons fermement cette violation permanente de la Charte de Munich qui sanctuarise pourtant les devoirs éthiques et déontologiques qui sied aux journalistes. De même, nous n’envisageons pas d’autres solutions que de rappeler à ces derniers qu’à force de faire valoir leur haine de classe, leurs commentaires hostiles à la démocratie et leurs considérations angéliques sur les guerres occidentales, ils se devront d’assumer leurs prises de positions face à la colère des Français qui surviendra tôt ou tard.

Nous appelons ainsi nos concitoyens à se rassembler à nos côtés devant les grands médias publics et privés de ce pays et faire croître chaque jour un peu plus notre mobilisation.
Nous n’avons qu’un seul objectif : devenir des milliers puis des millions au-devant des grands médias, jusqu’à ce que la peur des grandes foules et de notre colère, les oblige à cesser leur propagande contre nos intérêts nationaux.
Si nous sommes résolument pacifiques et précautionneux sur le plan juridique, nous croyons au rapport de force lorsque l’adversaire nous méprise et se refuse à nous écouter.
Si Marie-Charlotte, Florence, et Sylvain assurent l’animation du collectif, nous tenons compte de toutes les propositions des militants et encourageons mêmes ces derniers à prendre des responsabilités et initiatives allant dans le sens de nos actions. Si l’horizontalité des décisions n’est pas une considération idéologique pour nous, elle est cependant effective dans notre organisation.
Si la médiocrité voire la dangerosité des « chiens de garde » vous donne le sentiment qu’il est nécessaire d’agir, n’hésitez pas à nous contacter et venir nous renforcer. Nous réclamons le soutien de toutes les forces vives de la nation pour démolir leur propagande.
En espérant que chacun comprendra que notre oligarchie politique n’existe que parce qu’elle est promue par des médias de grand chemin, nous espérons par nos actes militants, vous encourager à entrer dans la bataille à votre tour.

Qui sommes-nous ?

VigiMédias est un collectif agissant depuis 2015 en faveur de la diversité des opinions et du respect de la liberté d’expression au sein des médias dominants français. A l’égal de la majorité de nos concitoyens, nous constatons que les grands médias, privés comme publics, ne satisfont pas à leur devoir d’informer les Français en toute objectivité et avec la nécessaire prise de distance face à l’actualité.
Bien au contraire, nous nous inquiétons de constater que certains courants d’opinions ainsi que leurs messagers soient littéralement censurés tandis que les idéologues favorables au mondialisme, l’abolition de la souveraineté nationale sur l’autel de l’Union européenne, le capitalisme de connivence, la déprédation de nos libertés civiles et politiques ou encore les guerres de l’OTAN, se voient constamment dérouler le tapis rouge sur les grandes ondes autant que dans la presse écrite (subventionnée par nos impôts).
Ce déséquilibre flagrant porte un nom : LA PROPAGANDE.
Il va de soi qu’il n’est plus permis pour nos concitoyens de « voter en conscience » si une partie substantielle des informations et analyses qui en découlent, leur sont cachées à dessein par des journalistes se conduisant en véritables militants politiques. Nous dénonçons fermement cette violation permanente de la Charte de Munich qui sanctuarise pourtant les devoirs éthiques et déontologiques qui sied aux journalistes. De même, nous n’envisageons pas d’autres solutions que de rappeler à ces derniers qu’à force de faire valoir leur haine de classe, leurs commentaires hostiles à la démocratie et leurs considérations angéliques sur les guerres occidentales, ils se devront d’assumer leurs prises de positions face à la colère des Français qui surviendra tôt ou tard.
Nous appelons ainsi nos concitoyens à se rassembler à nos côtés devant les grands médias publics et privés de ce pays et faire croître chaque jour un peu plus notre mobilisation.
Nous n’avons qu’un seul objectif : devenir des milliers puis des millions au-devant des grands médias, jusqu’à ce que la peur des grandes foules et de notre colère, les oblige à cesser leur propagande contre nos intérêts nationaux.
Si nous sommes résolument pacifiques et précautionneux sur le plan juridique, nous croyons au rapport de force lorsque l’adversaire nous méprise et se refuse à nous écouter.
Si Marie-Charlotte, Florence, et Sylvain assurent l’animation du collectif, nous tenons compte de toutes les propositions des militants et encourageons mêmes ces derniers à prendre des responsabilités et initiatives allant dans le sens de nos actions. Si l’horizontalité des décisions n’est pas une considération idéologique pour nous, elle est cependant effective dans notre organisation.
Si la médiocrité voire la dangerosité des « chiens de garde » vous donne le sentiment qu’il est nécessaire d’agir, n’hésitez pas à nous contacter et venir nous renforcer. Nous réclamons le soutien de toutes les forces vives de la nation pour démolir leur propagande.
En espérant que chacun comprendra que notre oligarchie politique n’existe que parce qu’elle est promue par des médias de grand chemin, nous espérons par nos actes militants, vous encourager à entrer dans la bataille à votre tour.

Vigi Reportages

Vigi Reportages

Macron déclare la guerre à la Russie ?! | Carlo Brusa – Pascal Pouvereau de VigiMédias – Lucien Cerise – Stéphanie Reynaud | Géopolitique profonde par Mike Borowski

Jeudi 1er mars 2024.
Dans le contexte géopolitique actuel, les récentes déclarations de Macron sous-entendant un appel à la guerre ouverte contre la Russie suscite une multitude d’interrogations sur l’avenir de la France et de son leadership. Cette situation complexe nous amène à explorer les profondeurs des réseaux d’influence qui entourent le président Emmanuel Macron, questionnant ainsi la fin de la Macronie et les véritables détenteurs du pouvoir qui l’orientent.

Les entretiens du Pont Neuf n°4 – Avec Me Carlo Brusa

Mardi 6 février de 18h00-20h00.

Entretien Café du Pont-Neuf avec Me Carlo Brusa.
ÉCHANGES AUTOUR DES MÉDIAS ET DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION.

En collaboration avec Vigimédias et le Service Public Libre.

Vigi Médias Stop censure sur le Frexit. Paris/France – 03 Février 2024

Les collectifs Vigimédias, Vérité Liberté Souveraineté et la force de lutte V_V étaient présents le samedi 03 février 2024 sous les fenêtres des médias dit de grand chemin (BFM TV, France TV et CNEWS).
Un extrait de notre intervention !

Merci à LDC News d’avoir couvert notre évènement.

Vigi Infos

Vigi Infos

VOUS souhaitez Aider Vigi MÉdias ?

Rejoignez-nous  !

Et n'hésitez pas à vous rendre sur notre boutique !

Vigi Boutique

VOUS souhaitez Aider
Vigi MÉdias ?

Rejoignez-nous  !

Et n'hésitez pas à vous rendre sur notre boutique !

Vigi Boutique

Vigi VIDÉOS

Vigi VidÉOS

Puisque les journalistes de BFM revendiquent nous connaitre…

Puisque les journalistes de BFM Revendiquent nous connaitre

Chers journalistes du groupe Altice Médias,

C’est avec étonnement et intérêt que nous avons découvert, dans votre publication du 3 janvier 2023 sur le site de BFM TV, le fait que notre collectif VIGIMEDIAS ne vous est nullement inconnu.
Nous nous permettons de citer le paragraphe où vous nous mentionnez en prenant le soin d’ajouter un lien vers notre propre site internet (ce dont nous vous remercions) :
« Les appels aux rassemblements se déclinant au pluriel, l’un des parcours est également défini avec davantage de précision. Celui projeté par le collectif baptisé “Vigi Médias”, seule manifestation déclarée pour le moment, qui prévoit de rallier le siège du Monde – décrit comme “le temple de la propagande” – dans le 13e arrondissement de Paris en partant de celui de France Soir – cette fois dépeint comme le représentant du “vrai journalisme” – dans le 7e arrondissement. Il donne rendez-vous à ses sympathisants à partir de 14h30.
Il convient de rappeler que ce collectif, actif depuis plusieurs mois, invite ceux qui le suivent à manifester tous les premiers samedis du mois ».
Votre dernière phrase a particulièrement retenu notre attention, puisqu’elle révèle que vous ne feignez pas de méconnaître la régularité de nos actions. Et pour cause, c’est bien devant vos locaux qu’à de nombreuses reprises, nous nous sommes rassemblés pour condamner le manque de pluralisme des opinions sur votre chaîne, mais aussi pour vous inviter à discuter avec nous de façon générale des problèmes du journalisme en France. En vain jusque-là…
Invitation que nous nous permettons donc de renouveler. Qu’elle se produise sous les formes confidentielles qu’il vous plaira, ou directement sur votre plateau, avec le respect, la courtoisie et l’absence de préjugés de principe sur les animateurs et journalistes qui nous accorderaient un peu de temps de parole.
Si nous revendiquons durant nos événements le caractère populaire et la défiance ostensible de nos troupes à toute forme de propagande et de censure sur un certain nombre d’opinions, nous restons des citoyens ne demandant pas mieux que de discuter et, peut-être, dégager des pistes de solutions à ce manque de diversité d’opinion dans les grands médias français, avec les journalistes eux-mêmes.
Le collectif VIGIMEDIAS s’est fixé pour objectif de construire par la durabilité et la fréquence de nos mobilisations, des masses militantes suffisamment puissantes à moyen ou long terme pour que nos exercices d’assiègement des médias dominants, perdent leur caractère symbolique au profit d’une réelle capacité de nuisance imposant de facto le dialogue qui nous est refusé par vos propres représentants. Cependant, nous sommes tout à fait prêts à exclure de nos objectifs certains médias que nous décrions aujourd’hui, à la condition expresse que ce dialogue soit enfin entamé et que nos propositions (plutôt simples) soient appliquées pour garantir la diversité des opinions. Nous pouvons les résumer en quelques phrases ici-même :

1) Que la charte de Munich, soit le code de déontologie et d’éthique du journalisme, soit strictement appliquée. Que toute ce qui relève de la propagande de guerre soit strictement prohibé conformément à l’article 20 du Pacte International des droits civils et politiques de l’ONU que la France a ratifié.

2) Que les termes « complotistes », « repli sur soi », voire « extrême droite » (ou tout autre propos infamants) ne soient plus utilisés par vos journalistes pour salir des lanceurs d’alerte, intellectuels, experts ou courants politiques (en général défenseurs de la souveraineté nationale, de la démocratie ainsi que de nos libertés fondamentales), à fortiori lorsque les principaux intéressés ne sont pas invités à y donner un droit de réponse immédiat. Nous rappelons que ces termes infamants ne relèvent que de la stricte opinion des « journalistes » qui les emploient et ne correspondent nullement à une information objective ou factuelle qui puisse être honorablement adressée aux Français.
3) Que les courants politiques favorables à la sortie de la France de l’UE, l’euro et l’OTAN, mais aussi à la destitution d’Emmanuel Macron ; à l’introduction de la procédure de référendum d’initiative citoyenne dans notre constitution ; à la fin des sanctions contre la Russie autant que la cessation de notre soutien en armements et munitions à l’Ukraine ; au débat libre et contradictoire sur tous sujets où nos libertés fondamentales sont menacées par le gouvernement : que tous ces courants d’opinion, donc, puissent avoir un large droit de cité, au moins à égale mesure que les courants politiques dominant l’espace médiatique qui s’y opposent et règnent sans partage depuis des décennies en France. Nous convenons que chaque média privé dispose d’une ligne éditoriale (politique) qui lui soit propre, mais entre censurer totalement certains courants d’opinion et leur accorder la totalité du temps d’antenne, il se trouve des voies intermédiaires que les journalistes de BFM Télévisions peuvent aisément trouver, et cela sans renier à la « ligne éditoriale » qui leur est imposée.
Ces trois revendications sur le traitement de l’information et le pluralisme des opinions dans les médias n’exigent nullement des efforts considérables pour être appliquées. VIGIMEDIAS pourrait d’ailleurs créer un « label » pour encourager tous les médias produisant des efforts en terme de pluralisme et de respect de la Charte de Munich à poursuivre cette rigueur éthique et déontologique.
Nous ne vous demandons pas de partager nos opinions politiques et encore moins de renier les vôtres propres : nous souhaitons de la densité intellectuelle et une offre informative permettant aux Français de pouvoir voter en conscience lorsqu’ils sont appelés aux urnes. Cela dépend pleinement du travail journalistique en général, et BFM ne peut ignorer son influence propre sur le « temps de cerveau disponible » de nos concitoyens.
Aussi, puisque manifestement, nous ne sommes définitivement plus inconnus de votre rédaction, nous vous renouvelons solennellement notre appel à dialoguer sur la base de nos trois revendications et devenir le premier grand média audiovisuel de France à avoir démontré par ce dialogue et les efforts que vous seriez prêts à consentir à l’issue, se montrer proche du peuple, à son écoute et soucieux de tendre vers toujours plus de qualité informative et de pluralisme sur vos propres antennes. Si nous pouvons dénoncer haut et fort les manquements des médias, nous pouvons aussi nous montrer justes avec la même ardeur dans notre communication, pour défendre ceux qui considèrent que le métier de journaliste est trop essentiel à la démocratie pour être avili à celui de propagandiste.
Dans l’espoir que cette adresse publique ne vous échappera pas et que vous prendrez soin de nous contacter, nous vous adressons nos meilleurs vœux et nous vous disons de toute façon… à bientôt !

VIGIMEDIAS

Chers journalistes du groupe Altice Médias,

C’est avec étonnement et intérêt que nous avons découvert, dans votre publication du 3 janvier 2023 sur le site de BFM TV, le fait que notre collectif VIGIMEDIAS ne vous est nullement inconnu.
Nous nous permettons de citer le paragraphe où vous nous mentionnez en prenant le soin d’ajouter un lien vers notre propre site internet (ce dont nous vous remercions) :
« Les appels aux rassemblements se déclinant au pluriel, l’un des parcours est également défini avec davantage de précision. Celui projeté par le collectif baptisé “Vigi Médias”, seule manifestation déclarée pour le moment, qui prévoit de rallier le siège du Monde – décrit comme “le temple de la propagande” – dans le 13e arrondissement de Paris en partant de celui de France Soir – cette fois dépeint comme le représentant du “vrai journalisme” – dans le 7e arrondissement. Il donne rendez-vous à ses sympathisants à partir de 14h30.
Il convient de rappeler que ce collectif, actif depuis plusieurs mois, invite ceux qui le suivent à manifester tous les premiers samedis du mois ».
Votre dernière phrase a particulièrement retenu notre attention, puisqu’elle révèle que vous ne feignez pas de méconnaître la régularité de nos actions. Et pour cause, c’est bien devant vos locaux qu’à de nombreuses reprises, nous nous sommes rassemblés pour condamner le manque de pluralisme des opinions sur votre chaîne, mais aussi pour vous inviter à discuter avec nous de façon générale des problèmes du journalisme en France. En vain jusque-là…
Invitation que nous nous permettons donc de renouveler. Qu’elle se produise sous les formes confidentielles qu’il vous plaira, ou directement sur votre plateau, avec le respect, la courtoisie et l’absence de préjugés de principe sur les animateurs et journalistes qui nous accorderaient un peu de temps de parole.
Si nous revendiquons durant nos événements le caractère populaire et la défiance ostensible de nos troupes à toute forme de propagande et de censure sur un certain nombre d’opinions, nous restons des citoyens ne demandant pas mieux que de discuter et, peut-être, dégager des pistes de solutions à ce manque de diversité d’opinion dans les grands médias français, avec les journalistes eux-mêmes.
Le collectif VIGIMEDIAS s’est fixé pour objectif de construire par la durabilité et la fréquence de nos mobilisations, des masses militantes suffisamment puissantes à moyen ou long terme pour que nos exercices d’assiègement des médias dominants, perdent leur caractère symbolique au profit d’une réelle capacité de nuisance imposant de facto le dialogue qui nous est refusé par vos propres représentants. Cependant, nous sommes tout à fait prêts à exclure de nos objectifs certains médias que nous décrions aujourd’hui, à la condition expresse que ce dialogue soit enfin entamé et que nos propositions (plutôt simples) soient appliquées pour garantir la diversité des opinions. Nous pouvons les résumer en quelques phrases ici-même :

1) Que la charte de Munich, soit le code de déontologie et d’éthique du journalisme, soit strictement appliquée. Que toute ce qui relève de la propagande de guerre soit strictement prohibé conformément à l’article 20 du Pacte International des droits civils et politiques de l’ONU que la France a ratifié.
2) Que les termes « complotistes », « repli sur soi », voire « extrême droite » (ou tout autre propos infamants) ne soient plus utilisés par vos journalistes pour salir des lanceurs d’alerte, intellectuels, experts ou courants politiques (en général défenseurs de la souveraineté nationale, de la démocratie ainsi que de nos libertés fondamentales), à fortiori lorsque les principaux intéressés ne sont pas invités à y donner un droit de réponse immédiat. Nous rappelons que ces termes infamants ne relèvent que de la stricte opinion des « journalistes » qui les emploient et ne correspondent nullement à une information objective ou factuelle qui puisse être honorablement adressée aux Français.
3) Que les courants politiques favorables à la sortie de la France de l’UE, l’euro et l’OTAN, mais aussi à la destitution d’Emmanuel Macron ; à l’introduction de la procédure de référendum d’initiative citoyenne dans notre constitution ; à la fin des sanctions contre la Russie autant que la cessation de notre soutien en armements et munitions à l’Ukraine ; au débat libre et contradictoire sur tous sujets où nos libertés fondamentales sont menacées par le gouvernement : que tous ces courants d’opinion, donc, puissent avoir un large droit de cité, au moins à égale mesure que les courants politiques dominant l’espace médiatique qui s’y opposent et règnent sans partage depuis des décennies en France. Nous convenons que chaque média privé dispose d’une ligne éditoriale (politique) qui lui soit propre, mais entre censurer totalement certains courants d’opinion et leur accorder la totalité du temps d’antenne, il se trouve des voies intermédiaires que les journalistes de BFM Télévisions peuvent aisément trouver, et cela sans renier à la « ligne éditoriale » qui leur est imposée.
Ces trois revendications sur le traitement de l’information et le pluralisme des opinions dans les médias n’exigent nullement des efforts considérables pour être appliquées. VIGIMEDIAS pourrait d’ailleurs créer un « label » pour encourager tous les médias produisant des efforts en terme de pluralisme et de respect de la Charte de Munich à poursuivre cette rigueur éthique et déontologique.
Nous ne vous demandons pas de partager nos opinions politiques et encore moins de renier les vôtres propres : nous souhaitons de la densité intellectuelle et une offre informative permettant aux Français de pouvoir voter en conscience lorsqu’ils sont appelés aux urnes. Cela dépend pleinement du travail journalistique en général, et BFM ne peut ignorer son influence propre sur le « temps de cerveau disponible » de nos concitoyens.
Aussi, puisque manifestement, nous ne sommes définitivement plus inconnus de votre rédaction, nous vous renouvelons solennellement notre appel à dialoguer sur la base de nos trois revendications et devenir le premier grand média audiovisuel de France à avoir démontré par ce dialogue et les efforts que vous seriez prêts à consentir à l’issue, se montrer proche du peuple, à son écoute et soucieux de tendre vers toujours plus de qualité informative et de pluralisme sur vos propres antennes. Si nous pouvons dénoncer haut et fort les manquements des médias, nous pouvons aussi nous montrer justes avec la même ardeur dans notre communication, pour défendre ceux qui considèrent que le métier de journaliste est trop essentiel à la démocratie pour être avili à celui de propagandiste.
Dans l’espoir que cette adresse publique ne vous échappera pas et que vous prendrez soin de nous contacter, nous vous adressons nos meilleurs vœux et nous vous disons de toute façon… à bientôt !

VIGIMEDIAS

Et ne manquez pas l'article de FranceSoir SUR VIGI MÉDIAS !

ET NE MANQUEZ PAS L'ARTICLE DE FRANCESOIR SUR VIGI MÉDIAS !

ILS NOUS FONT CONFIANCE

ILS NOUS FONT CONFIANCE

PLUs D'infos ?

Retrouvez-nous sur les rÉseaux !

PLUs D'infos ?

Retrouvez-nous sur les rÉseaux !